<<< ACCUEIL
=> CONTACT PRESSE

 

A TELECHARGER

=> Dossier de presse => Visuel => Photos HD

 

A VOIR

=> Extraits du spectacle

 

 

 

PHOTOS : @ Ensemble Almaviva

cliquer sur la photo pour la télécharger

 

THÉÂTRE DUNOIS


7, rue Louise Weiss, 75013 Paris

01 45 84 72 00

contact@theatredunois.org

www.theatredunois.org

Spectacle tout public à partir de 7 ans

Durée: 60 minutes

Tarifs : 16 €, moins de 15 ans : 8 € 


 

SEANCES TOUT PUBLIC

Vendredi 10 mai, 19h

Samedi 11 mai, 18h

Dimanche 12 mai, 16h

Mercredi 15 mai, 15h

Vendredi 17 mai, 19h

Samedi 18 mai, 18h

Dimanche 19 mai, 16h

SEANCES SCOLAIRES

Jeudi 9 mai, 10h & 14h30

Vendredi 10 mai,10h

Lundi 13 mai, 10h & 14h30

Mercredi 15 mai, 10h  

Jeudi 16 mai, 10h & 14h30

Vendredi 17 mai, 10h

   

 

 

 

 

 

 

 

LE CARNAVAL DES ANIMAUX SUD-AMERICAINS 
OU COMMENT L’ACTUALITE REJOINT PARFOIS CRUELLEMENT L’IMAGINAIRE..
.

Le compositeur et musicien argentin Ezequiel Spucches, son Ensemble Almaviva ( si souvent consacré par la critique ) m’ont commandé l’été dernier l’écriture d’un « carnaval des animaux » différent, qui quitterait Paris ( j’avais écrit en 99 un nouveau livret pour celui de Saint-Saëns à l’invitation de l’Opéra de la Monnaie, joué en français et en néerlandais ) pour voyager cette fois sur un autre continent, avec un bestiaire recréé, mais en gardant le même principe d’animaux réels ou inventés, de volières et de surréalisme. Ce spectacle, mis en scène subtilement par Linda Blanchet (qui monta « Le voyage de Miriam Frisch » à Avignon l’an dernier) sera créé cette semaine au Théâtre Dunois à Paris avec un fantastique comédien, Elliot Jenicot. Ces animaux, mis en musique magnifiquement et de façon volontairement contemporaine, se rejoindront à Rio pour l’immense Carnaval, mais avant ils auront bien des secrets à nous confier. Notamment, même sur le mode d’un humour satirique, des bribes de souvenirs historiques. Ezequiel m’avait donné un livre qui m’a bouleversé : « Les Veines ouvertes de l’Amérique latine » d’Eduardo Galeano. On en retrouve des échos dans la situation au Venezuela, dans le mépris américain pour le Mexique, dans la situation économique en Argentine. Et plus encore, voilà de nouveau que l’histoire renaît avec ce nouveau tyran en cravate qu’est Bolsonaro, le président du Brésil. Vous avez sans doute vu qu’il vient de faire supprimer un clip qui défendait l’intérêt de la diversité dans son pays. Ce nouvel ami de Trump, il me semble le voir dans deux animaux dont j’avais dressé le portrait en écrivant ce spectacle musical. Profondément choqué par ses propos ignobles (il confia préférer voir son fils mourir plutôt qu’il ne soit homosexuel- quel père !), j’avais déjà voulu exprimer en mars une autre image du Brésil dans « Le livre des beautés minuscules » : un poème à Rio se focalise sur les mains de gens qui dansent dans la rue, se prennent ainsi par la main sans souci de race, ni de sexe. Dans notre Carnaval des animaux sud-américains, je ne peux plus voir la figure du jaguar, suffisant et méprisant son peuple avec un sourire, sans penser à cet homme qui fait bégayer à nouveau l’histoire d’un pays magnifique, de ce continent qui a souffert tant de siècles de manipulations, de vols éhontés. Mon amie Vanessa Dantas, brillante metteure en scène au Brésil, m’a révélé sur sa page un nouvel avis de Bolsonaro sur l’éducation. Son idée du jour (après la disparition du ministère de la culture) ? Réduire drastiquement les budgets de l’enseignement de la philosophie et de la sociologie. Ne surtout pas permettre l’éveil des consciences, n’est-ce pas ? Avec Ezequiel Spucches, ce Carnaval, nous le voulons enlevé, joyeux comme il se doit. Mais on peut danser aussi en tentant de bousculer un peu les consciences. Notons d’ailleurs que Bolsonaro a détesté le Carnaval de Rio de cette année où sa politique d’intolérance fut bien dénoncée. Gageons qu’il ne fera jamais taire cette musique qui fait battre contre ses idées les tambours de la Portela, la Mangueira et d’autres écoles de samba. C’est aussi ce que nous voulons dire, modestement et passionnément, aux enfants et aux adultes qui viendront voir ce spectacle…

Carl NORAC

 


 

 

 

 

 

LE CARNAVAL DES ANIMAUX SUD-AMERICAINS

 

THÉÂTRE DUNOIS

 

du 9 au 19 mai 2019

&

du 13 au 19 janvier 2020

 

 

 

 

 

 

Ezequiel SPUCCHES, Musique et conception

Carl NORAC, Textes

Linda BLANCHET, Mise en scène

 

Ensemble ALMAVIVA

Monica TARAGANO flûtes

Johanne MATHALY violoncelle

Maxime ECHARDOUR percussions

Ezequiel SPUCCHES piano et direction musicale

 

Elliot JENICOT, Narration

à partir du 10 mai à 19h

en alternance avec Antoine Linguinou

Le 9 mai et le 10 mai à 10h

 

 

 

Bienvenue à Rio de Janeiro, qui accueille le carnaval le plus célèbre du monde ! Les animaux sud-américains s’y sont réunis pour vous proposer leur grande parade, festive et humoristique.

 

L’Ensemble Almaviva s’empare du thème de la suite musicale de Camille Saint-Saëns en l’inscrivant dans le contexte sud-américain. Amusant et bariolé, ce carnaval nous fait entendre les rythmes particuliers de ce continent, au travers de compositions originales et de couleurs instrumentales pittoresques. 

 

Mais les animaux portent avant tout la voix et la mémoire de ces lointains pays. Ils racontent l’histoire de l’Amérique du Sud, des échanges entre civilisations qui ont façonné le développement de l’Humanité.

 

L’ensemble Almaviva invite le poète et auteur jeunesse Carl Norac à retracer les colonisations et migrations croisées du XXème siècle. Tout un parcours qui explore les chemins de la diversité, apportant une réponse nouvelle au défi du vivre ensemble. Un thème essentiel, traité avec humour et une pointe de poésie surréaliste. 

SYNOPSIS

 

Doté depuis son enfance à Rio de l’étrange du pouvoir de comprendre ce que disent les animaux, un personnage raconte : un jour, un immense condor, ancien dieu dans un temple de Machu Pichu, venu tout droit des Andes lointaines, le charge de voyager le long des routes et des chemins d’Amérique du Sud pour rencontrer et entendre les animaux de ce continent...

=> la suite

 

 

 

 

CONTACT MEDIAS : Brigitte BERTHELOT - 06 87 81 80 54 - b-berthelot@wanadoo.fr