<<< ACCUEIL 

 

 

EP

Monsieur Lune : Guitare, chant

Jean-Pierre "Cheveu" Bottiau : Guitares, basses, claviers, chœurs

Fabien Martin : Claviers, chœurs

Fred Monaco : Batterie

 

Réalisation: Fabien Martin et Jean-Pierre "Cheveu" Bottiau 

Mixage : Aymeric Letoquart

 

CONCERTS

 

*Tournée Monsieur Lune :

 

5 mars : Le Sablier - Rennes (35)

6 mars : Inox - Bordeaux (33)

11 mars : L'Agora – Lempdes (63)

26 & 27 mars : Le Bijou - Toulouse (31)

1er avril : La Boule Noire - Paris (75)

13 mai : La Boule Noire - Paris (75)

21 mai : Lendemains qui chantent - Tulle (69)

17 juin : La Boule Noire - Paris (75)

 

Monsieur Lune tourne également avec deux autres spectacles :

- L'incroyable histoire de Gaston et Lucie (pour enfants)

= > voir page Gaston et Lucie

 

- Un Renaud pour moi tout seul* *:

24 mars : Rocher de Palmer - Cenon (33)

28 & 30 mars : L'Estaminet - Magny-les-Hameaux

22 mai : : La 2Deuche– Lempdes (63)

 

A TELECHARGER

visuel EP

dossier de presse

à propos de l'EP

affiche La Boule Noire et tournée

photos

 

ECOUTER

Marion =>

pour écouter les autres titres de l'EP, merci de

demander le code : b-berthelot@wanadoo.fr

 

 

 

NOUVEL EP

le 23 mars 2015

 

Monsieur Lune a le blues et il est beau.

Sur la pochette de l’EP abritant cinq nouveaux titres, on est déjà touché par le visage d’un enfant qui ressemble drôlement à Nicolas Pantalacci. Dans les chansons, le petit devenu grand décline le thème de l’abandon mais sa déprime est lumineuse car juste, lucide, diablement bien écrite.

 

On retrouve dès « Madame », titre ouvrant cette moitié de disque, la belle dualité de ce Monsieur, conjuguant énergie et émotion. Les éraillements passés de la voix sont aujourd’hui dans les mots, les intonations, inflexions délicates pour tuiles sentimentales. « L’homme qui aimait les femmes » de Truffaut aimait leurs jambes-compas qui donnaient au monde son équilibre. Monsieur Lune aime leurs seins. Depuis toujours, ces courbes le fascinent, l’inspirent, le rassurent et bien sûr l’inquiètent quand elles s’éloignent. « Madame » ou « Marion(s) » : elles incarnent l’exil amoureux que Monsieur Lune n’a jamais aussi bien (d)écrit.

« J'attends ces larmes qui n'viennent pas / J'attends une autre dame comme toi » (« J’attends ») : la pudeur est l’autre grand thème de cette esquisse. Elle se fait amère devant ces « Allongés dehors » : « Comment tu fais pour avancer / Sans t'retourner sans regarder », demande Monsieur Lune, fantassin de la cohorte des « Garçons qui se cachent pour pleurer » qui bouclent le disque de manière très touchante.

 

Les fidèles compères Jean-Pierre « Cheveu » Bottiau (guitares, basses, claviers, chœurs) et Fabien Martin (claviers, chœurs) ont également assuré la réalisation, avec Fred Monaco à la batterie. Partenaire de Murat ou Tiersen, Aymeric Letoquart a mixé le tout.

A l’aube de ses quarante ans, l’auteur-compositeur Monsieur Lune gagne en douceur et recul sans perdre une once de sa lucide poésie. L’album complet est annoncé pour l’automne et ça c’est chouette.

Fred Dunid

= > biographie

1er titre en écoute et teaser : Marion(s)

pour écouter les autres titres de l'EP, merci de demander le code : b-berthelot@wanadoo.fr

 

CONCERTS

TOURNEE *

et PARIS :

 

120 bd Rochechouart - 75018

Metro Anvers ou Pigalle

 

  mercredis 1er avril, 13 mai et 17 juin 2015

à 20h30

tarif : 12 €

réservation : 01 49 25 81 75 & digitick.com

 

Monsieur Lune : Guitare, voix lead

Gaël Derdeyn : Violon, mandoline, claviers, chœurs

Jean-Pierre "Cheveu" Bottiau : Guitares, Claviers, chœurs

Sébastien Collinet : Claviers, basse, chœurs
Fred Monaco : Batterie

MONSIEUR LUNE

 

    Il s’appelle Monsieur Lune. S’il aime volontiers l’idée d’être dedans, sa planète est bien notre terre dont il chante la comédie des habitants depuis quinze ans maintenant. Front dégagé comme le jeune premier à houppette qu’on a découvert au début du 21e siècle, ou frange tombant sur ses yeux ronds aujourd’hui : Nicolas Pantalacci alias Monsieur Lune regarde tout et toujours avec une douce précision. Pour ensuite mieux dessiner une courbe, un ciel, une fille, un sentiment. Ces cinq nouveaux titres ne s’éloignent pas de ce beau chemin.

 

    Dès les premières chansons en 2000, on sent le gars élevé au bon lait. Celui de Renaud, dont il va reprendre le répertoire bientôt sur scène dans « Un Renaud pour moi tout seul ». Celui plus largement d’une chanson française omniprésente dans le frigo familial, du papa journaliste de radio à la maman  attachée de presse… de chanteur.

Au fil des années et des albums (quatre à ce jour), Monsieur Lune s’est poli et affûté à la fois. Plus de rondeur dans la construction de ces histoires romantiques et oniriques, plus de saillance dans l’écriture pour une émotion aussi simple que marquante. Vrai-faux Droopy dans un monde en chaos, le grand gaillard ne se lasse pas de dire du monde la belle tristesse, des gens l’ultra-moderne solitude de la vieille Souche.

 

    Travailler les textes et le goût du mot juste dans le droit fil des cadors, d’accord, mais Nico la Lune est aussi musicien. Délicat mélodiste, sa ritournelle n’est jamais facile, jamais hautaine non plus. Et sa chanson ouvre sa porte aux quatre vents sans que ce soit le foutoir dans la salle à manger : toutes les couleurs d’une pop-folk française ouvragée cohabitent avec bonheur, percussions, claviers et cordes viennent souvent visiter les tauliers guitare-basse-batterie.

 

    Derrière les instruments jusqu’à ce dernier EP, on retrouve les mêmes lascars depuis quinze ans, symbole de la belle continuité du parcours et de l’inspiration. Jean-Pierre « Cheveu » Bottiau (guitares, basses, claviers, chœurs) et Fabien Martin (claviers, chœurs) ont même réalisé la galette, Fred Monaco a tapé sur les peaux et sur l’épaule. Aymeric Letoquart (Jean-Louis Murat, Yann Tiersen…) a assuré le mixage. On redécouvre un Monsieur Lune, plus pop, plus mélancolique, encore plus juste et touchant.

 

    Un beau regard n’a pas d’âge. Non content de toucher les adultes, voilà cinq ans que Nico emballe les enfants avec « L’incroyable histoire de Gaston et Lucie », conte musical écrit avec Sébastien Rost. Un livre-CD où sont venus chanter Jamait, Carmen Maria Vega ou Oldelaf, et un spectacle qui voyage en formant la jeunesse : 160 dates à ce jour et ce n’est pas fini.

Renaud, Gaston, Lucie et Nico sont dans un beau bateau, personne ne tombe à l’eau : Monsieur Lune suit joliment son étoile.

Fred Dunid

 

Discographie

« Le soir au réveil » (2000)

« Déguisé en moi (2004)

« C’est pas moi » (2007)

« L’incroyable histoire de Gaston et Lucie » (2010)

« Il pleut des luges » (2011)

Nouvel EP (23 mars 2015)

Nouvel album (automne 2015)

 

 

** UN RENAUD POUR MOI TOUT SEUL

 

Un concert avec des chansons de Renaud interprétées par Monsieur Lune avec ses musiciens

 

Pourquoi d'abord ?

 

    Je suis sûr que dans les années qui viennent, tout le monde va s'y mettre, mais moi, si je chante Renaud, c'est pas pareil.  J'ai commencé par essayer maladroitement de draguer les filles en chantant ses chansons sur les plages froides de l'île d'Oléron dans les années 90, pendant que mes amis reprenaient héroïquement du Led Zeppelin ; mon niveau de guitare ne le permettait pas et mon accent anglais pathétique ne rendait pas crédible mes reprises de Nirvana … Ses chansons simples - et pas simplistes-, ses paroles au « Punch line » légendaires et ses mélodies si accrocheuses m'ont toujours plu. Comme aurait dit mon père : «  Il a réussi à être populaire dans la dignité ».

 

    Et puis Renaud pour moi, c'est pas rien : Ma maman a été son attachée de presse de 1978 à 1983 de l'album « ma gonzesse » jusqu'à « Morgan de toi » et son mari (mon beau-père pour le coup),  « photographe de l'Olympia » pendant plus de trente ans, a fait la pochette du Live « Un l' Olympia pour moi tout seul ». Et dois-je signaler que mon papa (le vrai), programmateur à FIP, fut l'un des premiers à le jouer à la radio ?

À l'époque, Hexagone était plus une vague forme géométrique qu'un hymne contestataire de haut vol.  N'oublions pas non plus que je suis né dans le 14ème arrondissement à Paris (comme lui, et ça, c'est pas rien), que c'est mon quartier depuis presque quarante berges ; 40 ans justement, en 2015 on fêtera  les 40 ans de la sortie du premier album de Renaud : « Amoureux de Paname ».

 

    Je ne suis pas sûr que si j'avais été architecte cette filiation m'eut été bien utile mais bon, il se trouve que ça fait quinze ans que je chante, que j'écris, que je compose, que j'enregistre et surtout, que je suis sur scène ; si je compte aussi bien qu'un mathématicien pas malade, je dois avoir fait plus de 600 concerts. Et c'est avant tout sur scène que j'ai envie de faire découvrir (ou redécouvrir) Renaud, ré-arranger ses morceaux, les ré-interpréter, les mettre en scène tout en gardant la « moëlle » de son univers : Les paroles et les mélodies.

 

    Alors voilà, je vais chanter Renaud, m'approprier ses chansons pour qu'elles deviennent un peu plus les miennes et surtout, qu'elles restent les vôtres.

 

Nicolas Pantalacci - Monsieur Lune

 

=> cf les premières dates

 

 

 

crédit photos : © Bruno Levy

 

 

 

 

 

CONTACT MEDIAS : Brigitte BERTHELOT - 06 87 81 80 54 - b-berthelot@wanadoo.fr